Revue de presse

26.01.2018

Les propriétaires de villas choyés par les politiques

GENEVE - Le Parlement a accepté plusieurs textes visant à abolir la taxe sur la valeur locative.

Par 60 oui et 30 non, le Grand Conseil a adopté une motion du MCG demandant un moratoire sur l'augmentation de la valeur locative à 7,9%, afin de garder le montant de 2016. Or cette hausse figure dans une directive cantonale établie en 2007, «avec l'accord des organisations de propriétaires», a justifié M. Dal Busco, tout en assurant que le canton appliquera le moratoire s'il est voté.

Initiative cantonale

Exerçant son droit d'initiative cantonale, Genève demande à l'Assemblée fédérale d'abolir l'imposition sur la valeur locative. Alors que les Chambres sont déjà saisies de plusieurs textes similaires, le Grand Conseil a adopté jeudi soir une résolution dans ce sens par 58 oui et 32 non.

En raison de l'augmentation de 7,9% de la valeur locative dans le canton pour l'année fiscale 2017, le PDC Bertrand Buchs a invité les députés à voter cette résolution sans l'étudier en commission. «Il s'agit d'un impôt fictif, sur quelque chose qui n'existe pas», a relevé le PDC Bertrand Buchs. Il a été suivi par l'ensemble de la droite, avec soutien du grand argentier Serge Dal Busco.

La gauche n'a pas fait le poids

En revanche, les députés ont accepté de renvoyer en commission un projet de loi visant à augmenter le niveau des frais forfaitaires déductibles. Ce texte du PLR vise à compenser l'augmentation de la valeur locative.

En vain, la gauche a rappelé que la valeur locative vise à établir une équité entre propriétaires et locataires qui ne peuvent pas déduire leur loyer au niveau fiscal. De plus, cet impôt étant fédéral, la solution se trouve à Berne et pas à Genève, a souligné l'écologiste Sophie Forster Carbonnier.

Source : 20minutes.ch, ats